Trois frères s’insérèrent dans le milieu populaire de Biryogo – Nyamirambo, quartier musulman de la capitale, pour y travailler surtout au plan social et culturel. Au départ, ils lancèrent des activités de loisirs et différents cours afin de mettre sur pied un centre pour du sport et des loisirs, du cinéma et des cours, un journal de quartier et une bibliothèque populaire. Ainsi naissait le « Centre Rafiki ». Les frères optèrent encore pour quelques activités pastorales, tout en privilégiant le dialogue avec l’Islam, surtout par une insertion dans le quartier. Très rapidement, d’autres frères du Canada et de Suisse vinrent soutenir la première équipe de sorte que d’autres engagements furent possibles, comme la direction de la Revue Dialogue, la mise sur pied des Banques Populaires et du Centre coopératif IWACU. De plus, des frères s’impliquèrent davantage dans d’autres domaines socio-culturels, comme la direction de la Caritas de Kigali – Ville avec des projets en faveur des enfants de la rue (début janvier 2010, ces projets « Abadacogora » et « Intwari » fêtent 25 ans et veulent toujours s’adapter à de nouvelles conditions), un projet l’alphabétisation, l’animation en milieu musulman, sans négliger la catéchèse dans les écoles secondaires de Kigali, des services pastoraux dans les paroisses voisines ainsi que des retraites aux religieux et religieuses. Au cours de toutes ces années, des jeunes vinrent frapper à nos portes et il devenait urgent de leur offrir un meilleur accueil. Une nouvelle orientation donc, la 3e pour la Fraternité Saint-Dominique du Rwanda, devait se prendre avec des regrets de quitter un milieu après 15 ans de présence et des espoirs de s’insérer dans un autre.

Une maison de formation

En octobre 1990, des frères veulent prendre une orientation nouvelle et changer de milieu pour mieux accueillir les jeunes désireux de devenir dominicains et se lancer dans une nouvelle présence dominicaine. Cela impliquait d’abord le choix d’un autre quartier et la construction d’un couvent avec le noviciat. Or, le nouveau quartier urbain de Kacyiru offrait des possibilités et des avantages : un quartier en voie de développement au plan administratif et d’une nouvelle urbanisation, possibilités de nouveaux apostolats auprès des intellectuels, un grand ensemble de bâtiments avec chapelle ouverte au public, une maison d’habitation des frères et un centre soicio-culturel d’un nouveau style qui pourrait accueillir différentes activités culturelles et religieuses. Ainsi donc, une maison de formation est le premier objectif par l’accueil des novices du Vicariat provincial du Rwanda et du Burundi et de d’autres entités d’Afrique. Les frères continuèrent quelques engagements personnels et communautaires et acceptèrent d’autres activités pastorales : aumônerie universitaire à la Faculté de Droit, une revue et des publications, la direction du Bureau Social Urbains de la Caritas de Kigali.

Après 1994

Avril, mai et juin 1994 : génocide et lourds bouleversements de la communauté de Kacyiru… mais aussitôt, retour à Kacyiru en août et reprise de quelques projets apostoliques et sociaux, et surtout la formation des novices, l’animation pastorale de notre chapelle et de la succursale de Kacyiru, la direction du Bureau Social Urbain, la création d’une revue de caractère socio-culturel, etc. Une période d’ajustement à la nouvelle situation du pays et de l’Eglise s’imposait.

Le noviciat reste toujours la priorité des priorités avec d’autres projets, au fil des années, qui se mirent en place, comme l’aumônerie de l’institut supérieur KIE (Kigali Institute for Education), le développement du Centre Saint-Dominique doté d’une bonne bibliothèque et des activités qui s’ajoutent avec l’arrivée de nouveaux frères,…

Un bilan provisoire

Cinquante ans répartis en 3 périodes de durées presque égales :

1) Quinze ans à Butare, pour la mise sur pied de l’Université Nationale du Rwanda ;
2) Quinze ans à Biryogo/Kigali avec des insertions socio-culturelles variées ;
3) Vingt ans à Kacyiru dans la formation des frères dominicains et dans différents apostolats adaptés au milieu urbain.

Un avenir à construire

Des projets sont en train de naître ; il y a l’agrandissement de l’église conventuelle, la fondation d’une maison dans le Mutara, au Nord-Est du pays… Et des apostolats nouveaux, puisque, durant les prochaines années, des jeunes frères reviendront au Rwanda, et que des rêves sont toujours possibles dans la découverte de nouveaux sentiers dominicains sur les mille collines du Rwanda.